Artisan : Comment gérer les factures impayées ?

Certains professionnels comme les artisans sont souvent confrontés à des défauts de paiement, c’est pourquoi Soan vous propose quelques astuces dans la suite de cet article !
Écrit par : Cyril
15/12/2021 - 3 min de lecture
Sujets : Trésorerie

Bénéficier de bons conseils pour gérer les factures impayées est presque indispensable aujourd’hui pour les entreprises. Certains professionnels comme les artisans sont souvent confrontés à des défauts de paiement, c’est pourquoi Soan vous propose quelques astuces dans la suite de cet article !

 

La situation des artisans français face aux factures impayées

 

Parmi tous les professionnels confondus, les artisans du BTP (électriciens, plombiers, peintres, menuisiers …) et fabricants de produits artisanaux sont particulièrement touchés par la problématique des factures impayées. Une grande partie des impayés proviennent d’ailleurs de prestations réalisées en BtoB, c’est-à-dire entre professionnels.

Du manque à gagner qui peut avoir des conséquences désastreuses sur la santé financière d’une entreprise artisanale. En effet, les artisans ont souvent engagé des frais importants pour les matières premières et ont consacré un temps précieux au projet de leur client. Quand ces derniers n’arrivent pas à se faire payer dans les temps, c’est la trésorerie de l’entreprise et les indicateurs comptables comme le BFR qui en pâtissent. Des difficultés susceptibles de mettre en péril l’ensemble de l’activité de l’artisan.

De plus, les différentes démarches à mettre en place pour récupérer les créances ne sont pas toujours simples :

  • Premièrement, car ce n’est pas le cœur de métier de ces professionnels. Certaines démarches nécessitent des notions avancées en comptabilité et en juridique.
  • Deuxièmement, car ce sont des démarches relativement chronophages qui perturbent le planning des artisans ou les forcent à étendre encore plus leurs amplitudes horaires.
  • Finalement, car ce sont des situations frustrantes qui risquent de gâcher les relations commerciales avec les clients mauvais payeurs.

 

facturation-artisan-2

 

7 Conseils aux artisans pour les aider à mieux gérer les factures impayées

 

Être méticuleux dès l’établissement des factures

 

Pour être sûr que rien ne vous soit reproché par vos clients, veillez à ce que vos factures soient irréprochables. Vérifiez donc que toutes les mentions obligatoires sont indiquées et que les quantités et prix correspondent à ce qui avait été conclu lors du devis.

Consulter les mentions obligatoires des factures

 

Mentionner noir sur blanc les pénalités de retard

 

Pour décourager les mauvaises habitudes de vos clients, n’hésitez pas à leur faire part des pénalités de retard dus en cas de défaut de paiement dans les délais impartis.

Les pénalités de retard se calculent selon le taux d’intérêt légal et le nombre de jours de retard. A cela s’ajoute également une indemnité forfaitaire de 40€.

Pour être applicables, ces informations sur les intérêts de retard doivent apparaitre sur vos devis, factures et même dans vos conditions générales de vente.

Dans les faits, il est très rare que les artisans ou autres professionnels réclament cet argent à leurs clients lorsqu’ils trainent avec le paiement de leurs factures au-delà de la date limite de paiement. Néanmoins, cela peut être un moyen de pression supplémentaire pour obtenir l’argent dû par un débiteur peu rigoureux.

 

Demander un acompte

 

Une autre solution qui peut aider les artisans face à des factures impayées, c’est l’acompte. En effet, une facture d’acompte permet d’obtenir une partie du règlement du client avant même le début de la prestation. Généralement, un acompte représente 30% de la facture finale. En cas de retard de paiement, ou de facture impayée cela permet tout de même de ne pas perdre la totalité des frais et du temps investis.

De plus, légalement parlant, le versement de l’acompte constitue un engagement définitif du client. Il ne peut plus revenir en arrière ou s’opposer au paiement du complément.

 

Organiser des relances

 

Lorsque le paiement des factures client a du retard et que l’argent peine à rentrer dans les caisses, l’artisan doit prendre le temps d’organiser des relances. C’est ce qu’on peut appeler le recouvrement amiable :

  • Appel téléphonique ;
  • E-mail de relance ;
  • Courrier de relance ;
  • Visite physique chez le client.

Ce type de méthode constitue la première étape pour alerter le client de son retard de paiement et l’inviter à honorer ses factures dans les meilleurs délais. C’est d’ailleurs une phase indispensable si la situation ne se décante pas et que vous devez prendre des mesures plus officielles.

 

Lancer une mise en demeure officielle

 

Si malgré vos multiples efforts courtois pour obtenir le paiement de vos factures durant la phase amiable, le client ne coopère pas, vous pouvez lancer des actions de recouvrement de facture plus formelles.

La lettre de mise en demeure est la première mesure judiciaire à exécuter. Celle-ci doit contraindre le débiteur à payer sa dette envers l’artisan.

Pour envoyer une lettre de mise en demeure en bonne et due forme, l’artisan doit savoir plusieurs choses :

  • Mentionner bien clairement la notion de « mise en demeure » ;
  • Stipuler le montant total dû par le client ;
  • Être datée et signée ;
  • Être envoyée sous lettre recommandée avec accusé de réception.

La mise en demeure est une mesure comminatoire et a pour but de prouver la non-exécution d’une obligation, ici le non-paiement d’une facture.

 

Faire appel à la justice

 

Lorsque le client mauvais payeur reste sur ses positions et ne règle pas ses dettes, l’artisan n’a alors plus d’autre choix que d’avoir recours à la justice pour obtenir le règlement de ses factures impayées. Pour cela, il doit faire appel à un huissier qui contrôlera les démarches amiables effectuées au préalable et montera un dossier.

Au sein du tribunal compétent, le juge chargé de l’affaire peut alors émettre une injonction à payer. Il s’agit d’un courrier invitant le client à payer ses factures dans un délai d’un mois, sans convocation au tribunal. Cette procédure aura tout de même un coût pour l’artisan : 40€ de frais de justice.

 

Choisir l’option affacturage

 

Pour se consacrer pleinement à leur activité artisanale et ne plus se faire de mauvais sang à propos des factures impayées, les professionnels peuvent se faire accompagner en optant pour un service d’affacturage.

Cette solution permet de laisser un intermédiaire prendre la main pour récupérer les créances auprès des clients, tout en recevant des paiements anticipés des factures pour ne pas mettre en péril la trésorerie.

Tous les artisans ne peuvent pas opter pour cette méthode, car elle ne s’adresse qu’aux facturations entre professionnels. Toutefois, un contrat d’affacturage peut permettre de se dégager de contraintes administratives lourdes moyennant un pourcentage de ses recettes.

 

A la recherche d’autres conseils pour la gestion comptable et financière de votre entreprise ? Consultez notre blog ou suivez-nous sur les réseaux sociaux : LinkedIn, Facebook et Youtube.

Abonnez-vous à notre Newsletter Nous vous partageons les tips des salariés de chez Soan et l’actualité économique autour du paiement !