Comment calculer le cash burn pour évaluer sa trésorerie ?

Comment calculer le cash burn pour évaluer sa trésorerie ?

La notion de cash burn fait partie du quotidien des agences de communication, si elles souhaitent avoir une santé financière viable et un bon pilotage de leur activité.
Écrit par : Cyril
16/02/2022 - 3 min de lecture
Sujets : Trésorerie

Dans une agence de communication, le vocabulaire de la trésorerie et du business est dense. Le cash burn, terme indispensable lorsqu’on gère le besoin en fonds de roulement d’une agence, doit être suivi et calculé. Dans cet article, nous faisons le point sur cette notion de finance en agence : ce que c’est, comment le calculer et comment le réduire. Le cash burn n’aura plus de secret pour vous.

 

Qu’est-ce que le cash burn ?

 

Le cash burn, ou “érosion des capitaux », représente toutes les liquidités qu’une agence effectue chaque mois. Le cash burn est donc un indicateur soustractif de tous les décaissements mensuels d’une agence pour couvrir ses frais. Il peut s’inscrire dans des calculs de trésorerie comme les cash-flows ou la capacité d’autofinancement. Ces financements comprennent le loyer, la communication, mais également la masse salariale par exemple.

 

Pourquoi calculer son cash burn ?

 

En finance, calculer son cash burn permet d’avoir une gestion de trésorerie de l’entreprise à jour et de pouvoir anticiper les décalages de trésorerie. En entrepreneuriat, il est important de tenir cet indicateur à jour afin de pouvoir évaluer les fonds de capital-risque de l’entreprise. 

 

Inscrites dans un premier temps dans le business plan, les dépenses sont souvent sous-estimées par les fondateurs d’agence. Cet outil de pilotage permet de mieux visualiser la pérennité d’une agence. C’est notamment grâce au cash burn, en le comparant aux encaissements, que les leveurs de fonds effectuent des levées à l’instant le plus opportun pour l’agence. Le cash burn peut aussi indiquer un besoin d’activer d’autres leviers de financement. Les dépenses d’une agence peuvent donc être chiffrées et permettent de prévisualiser la trésorerie disponible, d’estimer son besoin en fonds de roulement, et aussi d’estimer le montant levé nécessaire.

 

Avant de vous lancer dans la création de votre agence, vous pouvez rédiger des scénarios de vos dépenses, en imaginant plusieurs modèles : le plus coûteux, le moins coûteux, etc. Plus vous ferez d’hypothèses, plus vous pourrez établir vos flux prévisionnels et ainsi dégager une capacité de rentabilité en accord avec vos décaissements.

 

Retrouvez toutes nos dernières actualités

 

Comment le calculer ?

 

Le calcul du cash burn peut prendre deux formes :

  • Le montant de vos décaissements sur une période donnée (par mois par exemple) ;
  • Le nombre de mois en flux de trésorerie disponible.

 

Ces indicateurs représentent la vitesse à laquelle les décaissements sont effectués, on nomme cela le burn rate. Le burn rate se calcule en brut (Gross Burn Rate) ou en net (Net Burn Rate). Le Gross Burn Rate ne prend en compte que les dépenses mensuelles d’une agence, contrairement au Net Burn Rate qui comprend aussi les encaissements mensuels de l’agence.

 

Vous voulez en savoir plus sur le burn rate et sa méthode de calcul ? Nous avons rédigé un article à ce sujet

 

Comment réduire le cash burn ?

 

Calculer son cash burn peut vous permettre de le diminuer, et donc d’avoir plus de cash-flow. Voici quelques astuces pour réduire son cash burn :

 

  • Mettre de côté les sources de revenus non rentable.

Les agences de communication ont souvent tendance à élargir leurs offres afin de proposer un large choix de services. Cependant, parmi les services proposés, il y en a peut-être qui vous coûtent plus cher que ce que cela vous rapporte. Il peut être intéressant de les mettre de côté afin de vous concentrer sur des activités plus rentables.

 

Automatisez et personnalisez les relances

 

  • Renégocier ses contrats.

Un outil bien plus qu’indispensable à maîtriser dans le business, la négociation. Dans le modèle des 5 forces de Porter, il existe le “pouvoir de négociation des clients” et le “pouvoir de négociation des fournisseurs”. Vous pouvez utiliser ces forces à votre avantage en fonction de vos positions et de vos atouts en tant qu’agence.

 

  • Identifier les dépenses indispensables.

Creuser le calcul de votre cash burn vous permettra de voir les dépenses indispensables à la bonne croissance de votre entreprise, mais aussi celles que vous pouvez réduire ou supprimer. Grâce à ça, vous pourrez adapter votre fond de roulement au plus près possible de votre modèle économique.

 

  • Avoir des outils adaptés.

L’utilisation d’un outil peut se faire par habitude, et non par praticité. Identifier tous les outils payants que vous utilisez au sein de l’agence. Observez l’usage que vous en faites par rapport à l’objectif de l’outil, son degré d’adaptabilité à vos activités, etc. Parfois, vous vous rendrez compte que l’outil analysé répond à tous vos besoins et mérite une dépense. D’autres fois, vous verrez qu’un outil n’est pas forcément adapté à votre usage. Dans ce cas, vous pouvez benchmarker de nouveaux outils et peut-être en prendre un moins cher.

 

Le cash burn est donc un chiffre qui doit apparaître dans l’analyse financière et le tableau de financement de votre agence. Il permet de définir un montant de la trésorerie nécessaire à la bonne santé de l’agence. Elle pourra ainsi anticiper les moments où il y a un avantage de trésorerie ou un déficit.

 

Merci d’avoir pris le temps de lire notre article ! N’hésitez pas à visiter notre blog 🙂

Rendez-vous sur le blog Soan ou abonnez-vous à nos réseaux sociaux : LinkedIn, Facebook ou Youtube.