L’architecture écologique : les architectes du futur 🌿

De nos jours, le secteur du bâtiment et de la construction a un réel impact sur l’environnement.
Ecrit par : Louis
30/07/2021 - 4 min de lecture
Sujets : Ecologie

Quelques chiffres clés 

 

Le secteur du bâtiment et de la construction représente plus de 35% de la consommation d’énergie finale mondiale et 40% des émissions de CO2.Les surfaces bâties ne cessent de s’étendre dû à la croissance démographique et de l’urbanisation croissante. La notion d’architecture écologique est au centre des discussions.

Dans les 40 prochaines années, on estime que 230 milliards de mètres carrés seront construits. Cela équivaut à la superficie de Paris construite chaque semaine ou l’équivalent de la superficie du Japon chaque année.

Malgré la performance des bâtiments, les progrès ne sont pas suffisants pour compenser la hausse de la demande d’énergie. S’il n’y a aucune réaction importante d’ici là, la demande d’énergie dans le secteur augmentera de 30% et les émissions de CO2 liées aux bâtiments de 10% d’ici à 2060.

Il est donc nécessaire de mettre en place des actions urgentes et ambitieuses pour réduire la demande d’énergie et réduire les émissions de CO2 liées aux bâtiments pour atteindre les objectifs climatiques que représente l’accord de Paris de 2015.

Le secteur de la construction et des bâtiments nécessite une action politique renforcée.

L’objectif est de favoriser l’adoption de solutions durables pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et d’autre part pour rendre les bâtiments et les villes plus résilientes face aux conditions climatiques.

 

Qu’est-ce que l’architecture écologique ?

 

L’architecture écologique a pour but de concevoir des constructions écologiques. Suivant les caractéristiques architecturales, on peut parler de bâtiment durable ou d’architecture verte.

Une construction qualifiée de bâtiment durable est caractérisée par 3 critères :

 

  • Humain : le confort
  • Environnementale : utilisation de ressources naturelles et renouvelables, en l’occurrence pour les matériaux
  • Énergétique : la consommation d’énergie doit être réduite au minimum

 

Concernant les constructions vertes, la notion d’architecture écologique est encore plus fréquente, notamment avec la mise en place de végétation.

Malgré leurs différences, leur point commun est la protection de l’environnement.

En conclusion, l’architecture écologique a pour principal objectif de bâtir des bâtiments respectueux de l’environnement. Le rôle que jouent les architectes qui s’inscrivent dans cette démarche est de réduire la pollution induite par le chantier, mais également par le bâtiment durant son cycle de vie. La consommation d’énergie est également un point essentiel à ne pas négliger.

 

Les solutions pour une architecture écologique 

 

En vue des défis climatiques, le CAE (Conseil des Architectes d’Europe) est chargé de promouvoir les solutions que les architectes peuvent apporter.

À l’occasion de la COP21, un manifeste est écrit pour une architecture responsable. Il regroupe un ensemble de principes pour diminuer le changement climatique et adapter la société aux nouvelles conditions climatiques.

On y retrouve :

Privilégier les ressources et solutions locales conduit par des circuits courts d’approvisionnement afin de réduire l’empreinte carbone du bâtiment. Les solutions techniques locales doivent être également mises en avant.

Valoriser les études de conception : la phase de conception influe sur la performance environnementale d’un bâtiment. L’orientation, sa forme, ses matériaux et sa flexibilité sur le long terme sont aussi importants que la performance thermique des matériaux et les différents systèmes utilisés.

L’innovation : lors d’un projet de construction d’un bâtiment ou de projets de rénovation, la recherche de solutions innovantes privilégie des espaces et des équipements mutualisés, adaptables à des usages multiples.

Le cycle de vie des bâtiments jusqu’à déconstruction : l’évaluation des bâtiments tout au long de leur cycle de vie est importante. En effet, il est préférable d’utiliser des solutions architecturales que des solutions qui peuvent paraître plus efficaces et moins coûteuses à court terme. Une construction responsable prend en compte les déchets et anticipe la démolition et la déconstruction des bâtiments.

 

Le Centre médico-social à Rivière Salée de Nouméa

 

Chez Soan, nous avons été séduits par le projet architectural du centre médico-social à Rivière Salée à Nouméa, en Nouvelle-Calédonie.

Il vient de remporter le Prix Energie & Climats Chauds des Green Solutions Awards France 2020-21.

Il a été construit dans une zone urbaine à proximité d’équipements publics, dans un environnement tropical chaud et humide. En plus d’être un bâtiment écoresponsable, il  regroupe des locaux médicaux de soin et de consultation, un pôle radiologie, un laboratoire d’analyses, des bureaux, et des espaces de repos pour le public ou le personnel. C’est le fruit d’une conception bioclimatique ambitieuse. Il permet aux utilisateurs de bénéficier de locaux sains et confortables pour le personnel et le public.

 

architecture-ecolo

 

Le bâtiment s’articule entièrement autour d’un large patio central végétalisé, des locaux ouverts sur des espaces semi-extérieurs protégés des intempéries et des nuisances de la ville. Ce patio est sous forme de cheminée dépressionnaire pour augmenter les circulations d’air et favoriser la ventilation naturelle. Les façades donnant sur la rue sont toutes pourvues d’une double peau en résille poreuse, filtre solaire généralisé apportant également une protection contre les dégradations urbaines auxquelles sont soumis tous les bâtiments de la zone.

 

architecture-ecologique

 

En conclusion, la majorité des locaux peuvent fonctionner en ventilation naturelle sans climatisation. La large utilisation du bois et de la filière sèche contribue également, au-delà de la recherche d’un impact carbone réduit, à l’appropriation des espaces et du bâtiment par les usagers.

 

archi-ecolo

 

Ce bâtiment comporte diverses qualités environnementales :

 

  • Santé, qualité air intérieur
  • Biodiversité
  • Chantier (incluant déchets)
  • Confort (olfactif, thermique, visuel)
  • Gestion de l’eau
  • Efficacité énergétique, gestion de l’énergie
  • Énergies renouvelables
  • Gestion des espaces, intégration dans le site
  • Produits et matériaux de construction

 

Tout cela a un coût, entre la construction et l’exploitation, il faut compter 830 000 € pour le coût des études et 7 534 000 € au total. Ce bâtiment est l’exemple type d’une architecture écologique.

 

Merci d’avoir pris le temps de lire notre article ! 🙂

Rendez-vous sur le blog SOAN ou abonnez-vous à nos réseaux sociaux : LinkedIn, Facebook ou Youtube

Si vous souhaitez lire d’autres articles RSE, rendez-vous ici !

Abonnez-vous à notre Newsletter Nous vous partageons les tips des salariés chez Soan et l’actualité économique autour du paiement !