Comment les fintech simplifient la vie au quotidien ?

Tout le secteur financier a connu des bouleversements lors de l'arrivée des fintech. Ces jeunes entreprises veulent innover et réinventer le quotidien. On vous explique tout sur les fintech.
Écrit par : Cyril
29/01/2022 - 3 min de lecture
Sujets : Paiement

Qu’est-ce qu’une fintech ?

 

De la contraction de Financial Technology, ce terme désigne des jeunes entreprises (startup et PME principalement) qui sur le secteur d’activité des services financiers proposent des solutions innovantes. Elles apportent très souvent des idées liant l’innovation et les nouvelles technologies.

Elles cherchent sans cesse à proposer des projets innovants afin de simplifier à la fois la vie des entrepreneurs et des particuliers.

 

L’écosystème financier des fintech est très large :

  • Insurtech : Innovations dans le domaine de l’assurance.
  • Néobanque : Service de banque dématérialisée.
  • Regtech : Innovation technologique destinée à simplifier les contraintes financières.
  • Cash management : Solution de gestion des flux de trésorerie et des dépenses.
  • Comparateur : Outil de comparaison de services financiers.
  • Paytech : Solution d’optimisation des types de paiements.
  • Crowdfunding : Plateforme de financement participatif.

 

Toujours dans l’objectif de promouvoir l’innovation, les startups misent sur de la recherche et développement, et surtout sur l’analyse des comportements pour inventer. Tous les jours, de nouvelles entreprises innovantes se créent pour continuer la transformation numérique de notre quotidien. 

 

Qu’en-est-il des startups françaises ?

 

L’excellence et l’innovation française se font un nom au sein du marché des services financiers. Avec des chiffres records lors de cette année 2021, les fintechs françaises ont levé 2,3 milliards d’euros.

Ce secteur représente plus de 30 000 emplois divers. 

 

La caractéristique des créateurs d’entreprises innovantes en France est qu’ils sont porteurs de projets. Concrètement, les innovations françaises se comptent par dizaines chaque année.

La French tech accompagne l’innovation et les fintech au quotidien. Que ce soit par la multiplication des pépinières d’entreprises ou encore des différents labels accordés, cela leur accorde de la crédibilité.

 

Dès sa création, une startup française peut intégrer un incubateur d’entreprises afin d’accélérer la croissance et le développement de sa société. Cela permet une mise en relation potentielle avec de grands groupes dans le but d’accroître sa visibilité.

 

fintech-3

 

Comment une fintech se finance-t-elle ?

 

Être une entreprise innovante demande des fonds importants, d’autant plus si votre activité est de fournir des services financiers.

C’est pour cela que de nombreuses fintech passe par des levées de fonds. 

Concrètement, cela consiste à faire entrer des investisseurs dans le capital de l’entreprise. Ils apportent des financements en contrepartie d’une participation au capital social.

 

Réaliser des levées de fonds comporte un principal avantage, qui est l’apport de nouveaux fonds dans la société. De plus, l’argent qui est investi ne doit pas être remboursé, ce sont des investissements d’avenir.

Cela se révèle également être un accélérateur de croissance pour une entreprise, que ce soit concernant l’embauche de nouveaux collaborateurs ou le développement du produit et ou service en lui-même.

Mais en faisant entrer de nouveaux actionnaires au capital, vous être contraints de diminuer vos parts et/ou celles des investisseurs historiques. 

De plus, avec l’entrée de nouveaux actionnaires, la vision et les objectifs peuvent être différents. Cela peut mettre en péril les relations et le futur de votre entreprise.

 

C’est pour cela qu’il est conseillé de réaliser une levée de fonds lorsque celle-ci est réellement nécessaire pour atteindre les objectifs fixés ou pour passer un cap. 

 

Pour une entreprise, lever des fonds peut se faire de différents moyens :

  • Le premier est le capital amorçage. Il permet de lever des fonds afin de lancer son activité, de lancer un service ou un produit. Ce sont des accélérateurs rapides de développement.
  • Le second moyen est le capital développement. Il permet de poursuivre le développement en améliorant le produit, à recruter et à améliorer ses stratégies commerciales et de communication.

Une fois l’entreprise déjà établie, cette seconde levée sera d’un montant bien plus élevé et permettra de limiter la dilution des parts dans le capital social.

 

Un business-angel : Quézaco ?

 

Ce terme désigne une personne morale ou physique qui apporte de l’expertise et/ou des fonds à des entrepreneurs afin de démarrer leurs projets.

C’est un atout à ne pas négliger pour les fintech qui souhaitent se développer rapidement. Il s’agit d’un investisseur porteur de projet entrepreneurial. 

 

Son investissement peut aller plus loin qu’un simple apport financier, il peut passer par un savoir-faire, des mécaniques ou même des contacts. Ce sont des professionnels qui disposent d’une expérience expérimentée dans l’entrepreneuriat.

Un grand nombre d’entreprises, aujourd’hui à succès ont profité à leur lancement de l’appui de business-angels, appelées B-A dans le secteur.

 

Pour que ce soit plus clair, voici les principales caractéristiques que l’on retrouve chez des business-angels :

  • Leurs décisions d’investir ou non n’incombent qu’à eux.
  • Ils sont certes des accélérateurs, mais toujours dans des projets où ils peuvent en tirer de la rentabilité.
  • Ils soutiennent des entreprises dans lesquelles ils n’ont aucun lien d’amitié ou de parenté.
  • En accompagnant les entreprises, ils investissent leurs propres fonds, ils suivent donc de près leur développement et apportent leur aide si besoin.

Quoi qu’il en soit, si vous souhaitez contacter des business-angels, vous devez avoir un business-model solide et un projet sur l’avenir.

 

fintech-4

 

La transformation digitale de notre quotidien

 

Le digital entraine des évolutions de notre comportement, dans le sens où la démocratisation des nouvelles technologies donnent lieu à de nouveaux usages. Les entreprises ont dû repenser leurs modes de fonctionnement et leurs processus.

 

Face à cette révolution digitale, de nombreuses startups se positionnent pour réinventer des secteurs un peu vieillissants, comme le secteur bancaire par exemple.

Le digital apporte une simplification des procédés. Que ce soit via les néo-banques, le crowdfunding, les paytech ; des termes qu’il y a quelques années n’existaient pas. Mais des entrepreneurs ont su répondre à des besoins naissants et créer de nouveaux marchés. 

 

Aujourd’hui, réaliser des virements, souscrire à des assurances, et entre autres participer à un financement peut se faire en quelques clics depuis son téléphone.

 

Les fintechs apportent une réduction des coûts pour :

  • Le consommateur.

En effet, en plus d’une grande fluidité dans les services proposés. Les prix ont sensiblement baissé. Prenons les banques, avec l’arrivée des néo-banques, les institutions traditionnelles se sont senties menacées mais c’est surtout une opportunité pour tout le secteur financier.

Toutes les banques développent des applications mobiles afin de gérer leurs comptes, de réaliser des virements instantanés. Cela rend la finance en ligne bien plus accessible et sympa.

  • Les fintech elles-mêmes.

En développant de plus en plus d’innovations technologiques, les coûts opérationnels ont donc baissé. L’accès à la pointe de la technologie est aujourd’hui accessible et permet de faire avancer tout l’écosystème.

 

Sans s’en rendre compte, les fintechs sont rentrées dans notre quotidien en facilitant nos usages et permettant de digitaliser notre quotidien. La création de fintech et d’innovations ne cesse de croître.

 

​​Merci d’avoir pris le temps de lire notre article ! N’hésitez pas à visiter notre blog 🙂

Rendez-vous sur le blog Soan ou abonnez-vous à nos réseaux sociaux : LinkedIn, Facebook ou Youtube

Abonnez-vous à notre Newsletter Nous vous partageons les tips des salariés de chez Soan et l’actualité économique autour du paiement !