Contrôle fiscal : Comment se déroule la procédure ?

L’objectif d'un contrôle fiscal d’une entreprise est de vérifier l’exactitude des déclarations fiscales et de s'assurer de sa conformité vis-à-vis de la loi.
Écrit par : Cyril
16/05/2022 - 3 min de lecture
Sujets : Paiement

Une notification d’un contrôle fiscal peut souvent faire peur aux entreprises. De part tout ce que l’on entend autour de ce terme. Mais concrètement, cela permet à l’administration fiscale d’effectuer des opérations de contrôle et des déclarations. Ce type de contrôle est habituel et peut toucher tous les contribuables.

Cela permettra de mettre en évidence des éventuelles irrégularités et de s’assurer que chaque entreprise respecte ses droits et obligations.

 

La vérification comptable peut être opérée par des brigades de contrôle et les procédures de contrôle fiscal sont réglementées. Si vous êtes perdu dans toute cette procédure fiscale, à la fin de cet article vous serez opérationnel lors d’un contrôle fiscal.

 

Qu’est-ce qu’un contrôle fiscal ?

 

N’importe quelle entreprise peut être concernée par un contrôle de sa situation fiscale. Ce dernier est orchestré par la Direction Générale des Finances Publiques (DGFIP). L’objectif de ce contrôle des comptabilités d’une entreprise est de vérifier l’exactitude des déclarations fiscales. Et si besoin, d’effectuer des rappels et de régulariser les vérifications menées afin de lutter contre la fraude fiscale.

C’est le contrôle des pièces comptables et des revenus déclarés qui permet au contrôleur fiscal d’assurer son travail.

 

Toute entreprise est obligée de réaliser sa déclaration de revenus avec les justificatifs adéquats. Ce contrôle de la procédure d’imposition de l’entreprise peut également permettre de changer des actions en interne et d’en améliorer sa gestion globale.

 

À savoir : Une opposition au contrôle fiscal est possible. Mais on ne vous le recommande pas. Une entreprise peut refuser, cela peut être par mauvaise fois en lien avec sa déclaration fiscale. Si elle sait pertinemment qu’avec une vérification approfondie, elle sera en situation d’irrégularité. Certaines entreprises décident de s’opposer au déroulement du contrôle fiscal.
Mais les sanctions peuvent être très lourdes. Cela peut être une majoration de 100 % des taxes ou impôts faisant l’objet dudit contrôle. Mais aussi, d’une amende de 25 000 euros.

Ces deux sanctions peuvent s’appliquer indépendamment mais peuvent également se cumuler.

 

controle-fiscal-2

 

Comment se déroule un contrôle fiscal ?

 

Un contrôle fiscal est soumis à des étapes fixées au préalable afin de réglementer cette pratique. La DGFIP et la direction générale des impôts ont établi un procédé clair pour réaliser un contrôle. Ce sont des vérifications nationales.

 

La notification

 

Un contrôle fiscal ne vous prend pas au dépourvu, vous serez au courant de la date de sa réalisation. Il peut se dérouler sur place, directement dans les locaux de votre entreprise ou à distance, dans les bureaux de l’administration.

Dans cette première situation, vous recevez un courrier en recommandé avec accusé de réception. Vous aurez donc connaissance de la date de passage des contrôleurs fiscaux.

L’intervention sur place permet de faciliter les échanges et d’assurer le suivi du contrôle. Vous aurez au moins 48 heures entre la date de réception et le début des vérifications.

Concernant un contrôle à distance, vous recevrez un avis d’examen de comptabilité.

 

La visite de l’inspecteur principal

 

Si le contrôle se déroule au sein de votre entreprise, l’inspecteur commencera bien souvent par une visite de vos locaux afin d’évaluer votre activité et vos procédés. De plus, il vous sera demandé de fournir divers documents afin de vérifier la comptabilité de votre entreprise.

Il faut bien se préparer au préalable, car s’il vous manque des pièces justificatives, un délai supplémentaire sera accordé avec un nouveau rendez-vous.

 

Puis, le ou les inspecteurs éplucheront vos déclarations souscrites au service des impôts, votre avis d’imposition et l’intégralité des documents servant à un examen de comptabilité.

Il est important de savoir qu’un contrôle fiscal se réalise sur un exercice comptable. Il porte sur l’année suivante celle d’une déclaration.

À la suite des diverses vérifications des opérations, un compte rendu sera adressé à l’entreprise avec les rectifications proposées.

 

Important : Ces contrôles ne sont pas obligatoirement liés à des situations de redressements fiscaux. Il ne faut pas négliger ce regard extérieur et indépendant.

 

Quels sont les documents à préparer pour un contrôle fiscal ?

 

En amont d’un contrôle, vous devez vous préparer et rassembler plusieurs documents pour le déroulement de la procédure.

Voici les pièces à avoir :

  • Les statuts juridiques de l’entreprise
  • Le grand livre
  • Le livre journal et d’inventaire
  • Les déclarations fiscales
  • Les factures et les fiches de paie
  • Les notes de frais
  • Les contrats de travail actuels et potentiels.

 

On peut vous demander qu’une partie des documents mais autant se préparer de la meilleure des façons.

 

controle-fiscal-3

 

Les deux types de contrôles fiscaux

 

Comme évoqué précédemment, il existe deux types de contrôles fiscaux et ils ont chacun leurs spécificités :

  • Le contrôle interne, appelé “contrôle sur pièce” : L’administration fiscale vérifie la cohérence des déclarations et s’assure de leur conformité.
  • Le contrôle externe, appelé “vérification de comptabilité” : L’entreprise est prévenue en amont de la venue d’un contrôleur fiscal et doit préparer un certain nombre de documents comptables.

 

Les raisons d’un contrôle fiscal interne

 

Il n’y a pas de raison particulière concernant un contrôle interne. L’administration vérifie simplement les déclarations reçues. Si des anomalies sont détectées, elle pourra approfondir son enquête et déclencher un contrôle externe si besoin. Cela peut arriver lorsqu’elle constate des anomalies dans les différents montants déclarés.

L’autre type d’incohérence récurrent est un différentiel de montants entre le chiffre d’affaires annuel et les déclarations de TVA de l’entreprise.

 

Les raisons d’un contrôle fiscal externe

 

Ce contrôle arrive bien souvent à la suite d’un contrôle interne. De manière générale, les principales raisons d’un contrôle externe peuvent être :

  • Des directives données par le Ministère des Finances à l’administration fiscale. Par exemple, les secteurs d’activités de la restauration et du BTP sont fréquemment visés par ces directives.
  • La délation. Un concurrent, un client mécontent ou encore un salarié peuvent adresser un courrier directement à l’administration en dénonçant des pratiques jugées illégales.
  • Des opérations commerciales avec l’étranger. Cela est d’autant plus vrai pour les entreprises qui travaillent avec des pays dont la fiscalité est plus avantageuse qu’en France.
  • Un contrôle fiscal antérieur peut entraîner un second contrôle pour vérifier que l’entreprise a rectifié les irrégularités.

 

Vous l’aurez compris, un contrôle fiscal n’est pas toujours mauvais signe. L’administration fiscale se doit d’opérer ces opérations de contrôle pour s’assurer de la validité des déclarations et des activités des entreprises.

Il vous faudra être bien préparé afin de ne pas ralentir le travail des inspecteurs et appliquer les rectifications proposées par ces derniers.

 

Merci d’avoir pris le temps de lire notre article ! N’hésitez pas à visiter notre blog 🙂

Rendez-vous sur le blog Soan ou abonnez-vous à nos réseaux sociaux : LinkedIn, Facebook ou Youtube.

Abonnez-vous à notre Newsletter Nous vous partageons les tips des salariés de chez Soan et l’actualité économique autour du paiement !