Gratin d’oseille #12 – Samuel Boury, co-fondateur de Ubleam

Aujourd'hui, nous rencontrons Samuel Boury, co-fondateur de Ubleam pour découvrir son entreprise et parler de gestion de trésorerie !
Ecrit par : Nanglade
29/04/2021 - 1 min de lecture
Sujets : Interview
Bonjour Samuel, peux-tu présenter Ubleam ? 

 

Bonjour, je suis Samuel Boury, co-fondateur de Ubleam. 

Ubleam en deux mots, c’est une start-up qui discute la manière de digitaliser la maintenance

Grâce à un tag nouvelle génération que l’on met sur les équipements et l’application mobile Ubleam, qui permet d’accéder à toute la fiche équipement et son historique. 

 

La clé pour bien gérer sa trésorerie ? 

 

Alors, bien gérer sa trésorerie, c’est d’avoir un business model qui permet d’entrer rapidement l’argent,  on a mis des abonnements en place avec un engagement d’un an et un paiement upfront : ce qui nous permet quand même de savoir très vite si le client paye. Et puis on peut contrôler, car on peut tout simplement couper le service si on voit que le client n’a pas honoré sa facture.

 

Une facture qui traîne, que fais-tu ? 

 

Une facture qui traîne, généralement, c’est que soit le client n’a pas reçu la facture. Alors on vérifie à travers notre plateforme qu’il utilise notre service. S’il utilise notre service, on relance gentiment, deux fois, trois fois… Et après on envoie Valérie, notre office manager qui montre les dents. 

 

Découvrez notre Ebook sur l’escompte !

 

Quelles erreurs as-tu commises dans ta gestion de trésorerie ? 

 

Alors en gestion de trésorerie, il y a deux erreurs à ne pas commettre, je pense déjà que c’est avoir un manque de visibilité à plus de six mois, parce qu’il faut quand même sortir les salaires quand on est une start-up.

Et on a fait une vraie erreur : on a payé deux fois un fournisseur et c’était un gros virement. Donc là, c’est une erreur à ne pas reproduire, mais heureusement la banque a été vigilante et nous a recrédité le deuxième virement. 

 

En quoi est-il primordial d’avoir une trésorerie saine ?

 

Avoir une trésorerie saine est primordial pour la survie de la boîte évidemment

Mais ça montre aussi un indicateur, c’est que quand la trésorerie est saine, on sent que le business model est sain, les clients sont sains et c’est quand même un indicateur de la bonne viabilité de son modèle économique.

 

Un mot pour la fin ? 

 

Alors un petit mot pour la fin, par rapport au cash, en trésorerie, c’est que je ne dirais pas « cash is king », parce que dans le monde des start-ups c’est « no cash is death ». 

C’est ça qui faut surtout regarder pour vivre le plus longtemps possible 🙂

 

Merci d’avoir pris le temps de lire notre nouvel épisode du Gratin d’oseille !

 

Merci d’avoir pris le temps de lire notre article !

Vous pouvez également nous suivre sur les réseaux sociaux : LinkedIn et Facebook et notre chaîne YouTube.

Abonnez-vous à notre Newsletter Nous vous partageons les tips des salariés chez Soan et l’actualité économique autour du paiement !