Les différences entre ​​les clôtures intermédiaires et une clôture annuelle

Les différences entre ​​les clôtures intermédiaires et une clôture annuelle

La clôture d’un exercice permet à chaque entrepreneur de faire le point sur l’évolution de son chiffre d’affaires, de ses charges et de leurs impacts sur la santé financière de l’entreprise.
Écrit par : Cyril
18/07/2022 - 3 min de lecture
Sujets : Trésorerie

Qui dit fin d’année dit clôture des comptes d’entreprise. Si vous devez clôturer votre premier exercice comptable, la création des documents et le dépôt des comptes annuels peut s’avérer compliqué.

En effet, établir les comptes ne peut pas être une formalité pour tout le monde.

 

Le message à retenir est qu’il faut clôturer ses comptes à la fin d’année, mais des clôtures intermédiaires peuvent vous aider dans ce travail.

À savoir : En cours d’année, il est totalement possible de produire des documents liés aux capitaux propres et aux comptes sociaux. Cela permettra de clôturer l’année plus facilement.

 

La clôture des comptes correspond à l’achèvement des enregistrements comptables. Cette procédure a pour but de figer vos comptes et de passer à l’année suivante. Il s’agit donc de la période à laquelle vous devez avoir rassemblé toutes les pièces justificatives et les opérations relatives au bilan comptable de votre société.

Au-delà de cet aspect, la clôture d’un exercice permet à chaque entrepreneur de faire le point sur l’évolution de son chiffre d’affaires, de ses charges et de leurs impacts sur la santé financière de l’entreprise. Cela permet de prendre un certain recul sur la situation financière et de définir les objectifs à venir : Quels investissements avez-vous besoin de réaliser pour justifier votre croissance ? S’agit-il de besoins humains, d’outils, d’un plan marketing, d’une nouvelle technologie de gestion des stocks ?

 

La clôture des comptes est aussi l’occasion de calculer et de déclarer les bénéfices réalisés au cours de l’année passée auprès de l’administration fiscale.

Généralement, celle-ci a lieu le 31 décembre. Cependant, certaines entreprises sujettes à la saisonnalité choisissent de réaliser leur clôture annuelle au 30 juin ou au 30 septembre. Une condition règne néanmoins : chaque année fiscale doit comporter douze mois.

 

Préparer au mieux sa clôture

 

Les dates d’ouverture d’un exercice peuvent être flexible, mais cela va de même pour la clôture. En effet, modifier la date de clôture est possible, par exemple, si votre activité est saisonnière.

 

Mais ce changement de date ne se fait pas comme ça. Soit, il est mis en place dès la création de l’entreprise et du premier exercice social. Une fois inscrit au registre du commerce et des sociétés, vous pourrez choisir la date de clôture. Soit, le processus sera plus complexe.
Il vous faudra convoquer dans un premier temps une assemblée générale ordinaire. C’est concrètement la réunion des associés et/ou actionnaires de l’entreprise. Approuver le changement de la date de clôture du nouvel exercice se fera lors de cette réunion.

 

À savoir : Si vous avez besoin d’informations complémentaires sur des questions relatives au traitement d’une clôture. Vous pouvez vous référer au code de commerce et des sociétés.

 

Si vous êtes une société commerciale, vous devez gérer le traitement de documents. Une pièce est indispensable, ce sont les factures. Pour assurer une approbation des comptes optimale, chaque facture doit avoir un numéro et un message unique, avec la TVA correspondante. Les factures doivent être classées dans un dossier spécifique pour en optimiser la compta.

 

Le guide pour devenir un serial entrepreneur Part 1

 

Toutes les étapes pour réussir sa clôture annuelle

 

La clôture des comptes se fait en plusieurs étapes : Le solde des comptes de produits et charges, l’arrêt des comptes du grand livre, l’arrêt des écritures des journaux. La production de certains documents est également indispensable, notamment la liasse fiscale et le récapitulatif du résultat fiscal. C’est essentiel d’assurer une compta optimisée de ses créances, mais aussi de chaque pièce obligatoire à la clôture.

 

Le solde des comptes de produits et de charges consiste à vérifier la concordance et la cohérence de l’ensemble des comptes qui forment le compte de résultat. Cette étape permet de définir le solde de la balance comptable, négative ou positive, entre l’actif et le passif d’un compte (bénéfices et pertes).

 

L’arrêt des comptes du grand-livre consiste à stopper les mouvements dans les comptes de bilan. Ils sont alors totalisés et le solde définitif de chaque compte est calculé.

 

L’arrêt des écritures des journaux, quant à lui, correspond à faire la comparaison des colonnes de débit et de crédit des journaux (achats, ventes, banque…) avec la balance comptable définitive après inventaire. Ceux-ci doivent être égaux.

 

Les actions à réaliser pour réussir la clôture

 

Concrètement, voici les actions que vous devez réaliser chaque année lors de la fin de l’exercice :

  • Rassemblez toutes vos pièces justificatives afin de prouver l’existence de chaque écriture comptable, chaque opération ;
  • Enregistrez l’ensemble de ces écritures (si ce n’est pas déjà fait) dans le livre journal. Classez-les par mois et par catégorie pour faciliter la lecture et la saisie ;
  • Respectez les obligations du plan comptable en divisant les comptes fournisseurs et clients ;
  • Faites l’inventaire de vos actifs et passifs en sortant vos ventes et en entrant vos nouvelles acquisitions ;
  • Procédez de même pour vos stocks ;
  • N’oubliez pas d’effectuer le calcul et la comptabilisation de vos dotations aux amortissements et de prendre acte des provisions ;
  • Effectuez le calcul et la comptabilisation de vos impôts définitifs ;
  • Éditez l’ensemble de vos documents comptables.

Tous ces documents seront nécessaires pour informer dans un délai de 3 à 4 mois l’administration fiscale de vos bénéfices ou pertes sur l’exercice clos.

 

Le choix des clôtures intermédiaires

 

Une aide pour les entreprises afin d’anticiper la clôture annuelle. Une entreprise qui effectue une clôture intermédiaire se facilitera le travail de fin d’année.

Et si vous pouviez mesurer le résultat de l’activité de votre entreprise au courant de l’année, vous en priveriez-vous ?

 

À savoir : Les clôtures intermédiaires sont souvent plébiscitées par les professions libérales, grâce aux avantages des paramètres à inclure dans tous les documents comptables.

 

Réaliser une situation comptable intermédiaire permet de répondre à ce besoin. Facultatif ou obligatoire dans certains cas, le bilan intermédiaire est l’un des outils de gestion d’entreprise qu’un dirigeant de société doit savoir manier avec la plus grande attention.

 

Facilitez votre facturation

 

Qu’est-ce qu’une situation comptable intermédiaire ?

 

Une situation comptable intermédiaire est un bilan comptable réalisé au cours d’un exercice civil. Le plus souvent, elle est initiée à la demande du créateur d’entreprise afin d’obtenir des indicateurs clés pour le pilotage de la société.

Grâce à son caractère facultatif, cette évaluation ne doit en aucun cas être transmise aux services des impôts des entreprises comme un vrai bilan annuel.

En fonction de l’objectif et du tiers à qui vous voulez faire suivre ces états, vous pouvez l’établir mensuellement, trimestriellement ou semestriellement.

 

Ce document comptable se compose, comme lors de la clôture des comptes, d’un bilan comptable, d’un compte de résultat, d’un tableau de flux de trésorerie et d’une annexe, dans le respect des mêmes règles et des procédures de transparence et de fiabilité qu’un bilan annuel.

 

Il faut s’assurer de respecter les grands principes de la comptabilité :

  • Le principe de prudence ;
  • L’indépendance des périodes concernées ;
  • La régularité des méthodes utilisées ;
  • Et le principe de non-compensation.

 

Dans quel cas produire un bilan intermédiaire ?

 

Dans votre gestion quotidienne, vous utilisez peut-être de nombreux tableaux de bord vous permettant de suivre l’évolution de l’activité. Cependant, le bilan intermédiaire s’avère être un bien meilleur outil prévisionnel. Cela permet notamment de préparer au mieux l’exercice suivant.

En effet, il permet d’avoir une visibilité plus fiable sur l’avenir de l’entreprise. Grâce à lui, vous pourrez plus facilement :

  • Faire le point sur les mois écoulés ;
  • Anticiper vos éventuels dérapages de trésorerie ;
  • Fixer de nouveaux objectifs pour votre société.

 

Surtout, le bilan intermédiaire permet de répondre aux attentes de vos partenaires financiers ou actionnaires pour :

  • Demander un financement dans le but de faire face aux difficultés de vie de l’entreprise ;
  • Obtenir de nouveaux investissements pour être au plus près des tendances de votre marché ou suite à l’évolution des procédés de fabrication de vos produits et/ou services ;
  • Établir la situation de l’actif réalisable et disponible ainsi que du passif exigible ;
  • Ajuster le compte de résultat prévisionnel ;
  • Préparer le bilan de fin d’exercice ;
  • Suivre l’avancement du plan opérationnel présenté à l’assemblée générale ;
  • Mettre en place un projet de cession d’entreprise.

 

Créer votre compte rapidement

 

Toutefois, il convient également de noter que dans certains cas, une situation comptable intermédiaire pourra être exigible et obligatoire, notamment lors de la distribution d’acomptes de dividendes ou suite à une augmentation de capital en numéraire.

 

Réaliser un bilan intermédiaire à l’aide d’un logiciel de comptabilité est très facile. Mais afin de réaliser au mieux cette révision comptable et procéder aux régularisations nécessaires, il faut que ce logiciel ait :

  • Saisi toutes les écritures comptables de la période donnée ;
  • Fait votre rapprochement bancaire ;
  • Révisé les comptes de tiers ;
  • Constaté vos provisions, ainsi que les charges constatées d’avance ;
  • Fait un inventaire de vos stocks ;
  • Saisi toutes vos immobilisations en cours ou sorties.

Grâce à Soan, c’est possible et très facile d’utilisation.

 

Possibilité de réaliser des clôtures anticipées pour certains secteurs

 

Hormis pour un professionnel libéral, la loi ne fixe aucune date de clôture pour les exercices comptables. Que vous soyez une entreprise individuelle, une EURL ou encore une société, vous êtes libre de choisir la date de clôture.

 

À savoir : Cette dernière peut être modifiée au cours de la vie de l’entreprise. Cela est possible si la décision est actée avant l’expiration de l’exercice en cours et de la nouvelle date choisie.

Vous pouvez tout aussi bien rallonger ou raccourcir la durée de votre exercice comptable. Il faudra se référer au greffe du tribunal de commerce du lieu du siège social afin de connaître les démarches à réaliser.

 

Une clôture en fonction de la saisonnalité

 

Pour beaucoup d’entreprises, la date du 31 décembre reste priorisée, car elle correspond à la fin de l’année civile. Mais il est tout à fait possible de choisir une date clôturant un trimestre (31 mars, 30 juin, 30 septembre) ou une date terminant une saison.

Prenons l’exemple d’un camping ou d’une station de ski. Cela fait partie des activités avec une forte saisonnalité qui peuvent être amenées à différer la date de leur clôture.

Une station de ski réalise le plus clair de son chiffre d’affaires lors de la période hivernale et est souvent fermée le reste de l’année.
Cela lui permet de présenter ses comptes avec un bon solde de trésorerie et un niveau de stock assez bas. Le choix de la date de clôture est primordial et déterminant dans la gestion de leur entreprise.

 

Vous l’aurez compris, la clôture annuelle des comptes est obligatoire, mais la mise en place de clôtures intermédiaires permet de faciliter cette dernière. Le message important de cet article est l’intérêt des clôtures intermédiaires est un avantage. Mais cela dépendra surtout des états financiers de l’entreprise.

 

Pour approfondir les questions liées au paiement et à la gestion d’entreprise, n’hésitez pas à visiter notre blog 🙂

Rendez-vous sur le blog Soan ou abonnez-vous à nos réseaux sociaux : LinkedIn, Facebook ou Youtube.